Les bons gestes à adopter pour la gestion des déchets de chantier

Le secteur de bâtiment particulièrement la construction est capable de générer à lui seul des millions de tonnes de déchets annuellement. C’est une quantité qui dépasse de loin les déchets des ménages et des travaux publics. De ce fait, la gestion des déchets de chantier devient un enjeu majeur qui incite tous les acteurs de la filière construction : entreprises, gestionnaires de déchets, maîtres d’œuvres, maîtres d’ouvrage, et bien d’autres.

Les obligations légales

Dans le secteur du bâtiment, plus précisément, dans la filière de la construction, la gestion de certains déchets est encadrée par des législations particulières. L’exploitant doit tenir compte de ces législations qui sont basées sur le principe fondamental de la hiérarchie de la production de déchets. Ainsi, l’ordre de hiérarchie suivante doit être respecté : la prévention, la préparation en vue de réemploi, le recyclage, la valorisation énergétique, et l’élimination.

Avant de démarrer le chantier

Un chantier soumis à autorisation préalable des installations classées est tenu de suivre certaines obligations particulières. En matière de gestion de déchets de chantier, le propriétaire doit avoir une autorisation de la commune pour pouvoir exploiter. Pour obtenir cette autorisation, il est obligé d’introduire une déclaration de classe 3 à la commune concernée. Avant le démarrage du chantier, un inventaire amiante est à joindre avec cette déclaration.

Pendant le chantier

Au cours des travaux de construction, pour protéger l’environnement et le voisinage, le tri des déchets chantier; et le dépôt temporaire de ces déchets avant évacuation limitent la pollution liée à la mauvaise gestion du chantier. D’ailleurs, l’évacuation et certains flux de déchets doivent respecter les conditions légales de construction; et font l’objet de quelques obligations particulières. En effet, dans un chantier, le maître d’œuvre ou d’ouvrage garantit le dépôt; et tri des déchets et des débris du chantier y compris les déchets d’amiante ou de PCB qui sont très dangereux.

Les bonnes pratiques dans le chantier

La plupart des chantiers mettent en place les bonnes pratiques suivantes; qui sont recommandées par les obligations légales. Les conditions spécifiques d’exploitation d’un chantier sont définies dans l’autorisation obtenue auprès de la commune. Celle-ci stipule que les matériaux prévus pour réemploi (briques, pavés, …) sont stockés sur le chantier et les déchets dangereux; et amiante sont traités à part. Les matériaux existant sur le chantier doivent être des matériaux écologiques formés par des matériaux recyclés et des matériaux issus de réemploi.

Pourquoi recourir à une société pour le traitement des déchets ?

Pour faire la collecte des déchets régulièrement, les grands chantiers vont recourir à des professionnels. Cela évite le phénomène des décharges sauvages; ou le mauvais tri à la source pouvant empêcher le traitement des déchets dans des bonnes conditions. C’est aussi un meilleur moyen qui vise la valorisation énergétique des déchets produits sur un chantier. Cette façon de donner une seconde vie à ces matières limite les impacts environnementaux; tout en faisant des économies sur les coûts et les ressources. Enfin, ces professionnels travaillent dans le respect des réglementations en vigueur.