Mettre en location sa maison : les choses à faire

maison

Être propriétaire d’une maison peut ouvrir la porte à la concrétisation d’un projet d’investissement. En effet, en tant que détenteur d’un bien, il est tout à fait possible de se lancer dans l’investissement immobilier. Le propriétaire en question peut se tourner vers la location de son bien. Pour parvenir à l’obtention de fruits satisfaisants de son placement, l’investisseur aura à suivre certaines étapes importantes. En voici trois parmi les plus essentielles.

Procéder au diagnostic immobilier de la maison

La première étape qui sera à réaliser pour la mise en location d’une maison est la réalisation d’un diagnostic immobilier. C’est une démarche exigée par la loi. Les propriétaires ont en effet le devoir d’effectuer quelques diagnostics techniques avant de pouvoir accueillir les locataires. Ce sont des procédures qui seront effectuées par un diagnostiqueur professionnel. Ce prestataire pourra être contacté par le biais de son site internet. Des professionnels dans le domaine sont en effet présents sur la toile. Pour les propriétaires qui sont établis dans le département de Val-d’Oise, trouver un prestataire en Diagnostic Immobilier SARCELLES pourra tout à fait se faire à partir de recherches sur le réseau informatique. Enfin, pour ce qui est des diagnostics techniques obligatoires pour une mise en location, il y a :

  • Le diagnostic Amiante : il vise à déterminer la présence ou non de produits ou matériaux qui pourraient contenir de l’amiante.

  • Diagnostic CREP : il s’agit de mesurer la concentration en plomb des revêtements dans la maison. Le diagnostic permettra de détecter les situations à risque de dégradation du logement, et aussi de saturnisme infantile

  • DEP ou diagnostic de Performance Énergétique : ce sera une évaluation de la quantité de gaz à effet de serre et d’énergie, consommée ou dégagée par la maison qui sera mise en location.

  • Le diagnostic Électricité : il donner l’occasion de voir l’état réel de l’installation électrique du logement, et aussi d’évaluer les éventuels dangers que pourraient courir les locataires.

  • Diagnostic ERP : le diagnostic État des Risques et Pollution permet d’informer les futurs locataires de la maison des risques (naturels, sismiques, technologiques…) et de la pollution, auxquels la maison est exposée.

  • Le diagnostic Bruit : la démarche déterminera l’existence ou non de nuisances sonores aériennes. Le diagnostic est obligatoire depuis le 1er juin 2020 ; à condition que le bien immobilier mis en location soit localisé dans une zone exposée aux bruits d’aéroport.

  • Le diagnostic Gaz : il sert surtout à identifier les éventuels risques de mise en danger des locataires de la maison, en ce qui concerne l’état général de l’installation du gaz au sein de la bâtisse. Le diagnostic devra toujours être effectué par un professionnel certifié.

Choisir le régime fiscal approprié

Outre le fait de veiller à ce que le dossier de diagnostic technique ou DDT soit parfaitement monté et présenté lors de la signature du bail, le loueur devra également choisir le régime fiscal qui lui convient. Faire son choix pour le propriétaire dépendra de quelques critères. En premier lieu, il faudra déterminer si la location se fera sur un logement nu, ou sur un logement meublé, ou encore sur une résidence principale. Ensuite, il faudra que le loueur se renseigne sur les différentes options qui s’offrent à lui dans chacune de ses situations. Il pourra faire sa sélection en partant sur des informations solides. Il pourra toujours se faire aider par un professionnel dans le domaine fiscal ou immobilier si cela est nécessaire.